• Peire Joan

    le Factotum : On devient "homme à tout faire" par nécessité, plus que par choix. Au moyen âge, les métiers sont nombreux et la main d’œuvre indispensable, pourtant s'il est facile de trouver un travail, il est souvent plus difficile d'en vivre convenablement...
    La réforme sociale n'étant pas encore d'actualité, travailler est une obligation pour assurer sa subsistance, si on a pas la chance d'être sous la protection d'un mécène.

           

    Mes parents m'ont nommé Peire Joan, du nom des deux plus fidèles disciples du Christ, de sacrés bons augures pour commencer une vie de félicité. Mais cela n'a pas suffit et la misère m'a vite rattrapé.

    Très jeune, je suis donc allé de fermes en fermes, quêtant ma subsistance auprès de chacun. Travaillant aux champs, aux récoltes, en forêt, partout où l'on avait besoin de bras...

    J'ai ainsi toujours vécu auprès du vent, là où le devoir m'appellait. Mon bonheur ne passe pas par la fortune ou la renommée. Comme les premiers apôtres, je vais au devant du besoin des gens, je les aide et les soigne parfois, du mieux que je peux.

    D'aucuns disent que je suis un bon à rien, d'autres que je suis un touche à tout... En fait, je suis juste quelqu'un sur qui on peut compter. 

           

     la Compagnie
    La Compagnie

    « Dame Marie Christine2016 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :